Avez-vous déjà réfléchi à tous les déchets que vous jetez par jour ?

 

En général, nous sortons une poubelle de 30 L tous les 3 jours et 1 bac de déchets recyclables par semaine, ce qui revient à 390kg par an ! Nous produisons en moyenne un kilo de déchets par jour et par personne : 2 fois plus qu’il y a quarante ans ! Avec la raréfaction des matières premières, l’accroissement des gaz à effet de serre, des exutoires (centres de stockage, incinérateurs….) qui arrivent à saturation et la difficulté à en ouvrir de nouveaux, il est temps d’apprendre les bons gestes pour réduire facilement nos déchets au quotidien.

 

 

Nous consommons beaucoup trop vite comparé à ce que la planète prend de temps pour se régénérer ! La date d’échéance, ou plutôt « la date de dépassement » bat son record de plus en plus tôt, année après année ! Nous épuisons nos ressources à vue d’œil. Cette année (2018), nous vivons à crédit depuis mai, et quand je dis « nous » je ne parle que des français ! (source) Il faudrait 2,8 Terre si toute l’humanité vivait comme nous. Mondialement, on stagne depuis 2010 vers le début du mois d’Août, une limite qui devrait atteindre le mois de juillet dès l’année prochaine. 

En France, environ 29% des déchets finissent en incinérateur, 35% en décharge, 21% sont recyclés et seulement 15% sont compostés. C’est à dire que nous brûlons ou enfouissons 64% de nos déchets !! Et ces procédés ne sont pas sans risque car pour traiter tout ce beau monde, il faut générer des polluants organiques (dioxines) et métaux lourds nocifs pour l’homme et l’écosystème (eau, sol, faune, flore…). On dépense plus de 14 milliards d’euros rien qu’en France pour faire disparaître ces sacs en plastique de nos yeux alors qu’on pourrait faire tellement de choses avec cet argent ! Moins on jette, moins au pollue et plus on gagne en qualité de vie ! On en vient toujours à « a-t-on réellement besoin de cet objet ?! » Il faut voir au delà du rayon où il est posé, le chemin qu’il a parcouru et réfléchir à tout ce qu’il a généré en pollution ! 

En plus de ça, le changement climatique met en péril les productions agricoles, augmentant les tempêtes, la montée des eaux, la sécheresse… Nous sommes à la limite. Il est temps de réellement changer. On ne peut plus se permettre de rester là et de dire « ça viendra plus tard, j’ai le temps de voir venir ». NON ! Car c’est déjà en train de se produire ! Il faut changer nos habitudes !

La réduction des déchets à la source contribue à limiter l’épuisement de ressources renouvelables et non renouvelables.
Les emballages, les produits à usage unique ou les gadgets que nous consommons en masse sont souvent issus du pétrole. Le conditionnement des plats industriels, la diminution de la durée de vie des appareils électriques et électroniques et le rachat d’équipements plus récents souvent privilégiés à leur réparation sont des exemples de surconsommation de matières premières. De plus, les minerais précieux qui se trouvent au cœur de nos appareils hi-fi ou informatiques sont autant de ressources épuisables qu’il faut gérer avec soin. Les ressources renouvelables sont disponibles en quantité limitée et des pénuries risquent de subvenir dans les années ou décennies à venir, d’où l’importance de réduire leur gaspillage.

 

Nous pouvons éliminer une grosse partie de nos déchets rien qu’en changeant nos petites habitudes et nos modes d’achats. Vous gagnerez en qualité de vie, c’est certain !

  • Mieux acheter, c’est penser aux déchets futurs dès l’étape du choix d’achat, en privilégiant des produits moins emballés que d’autres, écolabellisés, réparables ou compostables… C’est aussi acheter d’occasion, emprunter ou louer.
  • Mieux utiliser, c’est suivre les instructions d’utilisation d’un produit afin de prolonger sa durée de vie, respecter les doses prescrites pour les produits de santé et d’entretien, mieux gérer ses stocks de produits alimentaires pour éviter le gaspillage.
  • Moins jeter, c’est utiliser les produits tant que l’on peut s’en servir, donner ou vendre ce dont on ne se sert plus, composter ses déchets organiques.

Mon achat est un vote. Il faut réapprendre à respecter la planète qui nous héberge !

Diminuer la production de déchets permet de limiter son empreinte environnementale et les rejets de gaz à effet de serre. Au niveau local par exemple, la réduction des déchets permet de limiter en partie le recours à l’incinération ou à l’enfouissement. Car on ne s’en rend pas forcément compte mais dès que vous jetez un déchet dans vos poubelles ménagères, elles ne font qu’être acheminées pour être brûlées ou enfouies ! Le traitement des déchets ménagers représente un coût financier très lourd. Ce coût comprend la collecte, le transfert, le tri, le recyclage et l’élimination des déchets dans des centres spécialisés. Voilà pourquoi la majorité s’orienteront vers la 2ème solution. Ce qui veut dire qu’ils existent toujours et qu’ils vont polluer le sol, mais pas que… Ce n’est pas une solution viable et on le voit très bien puisque nous déplaçons le problème chez les autres. Ce n’est pas parce qu’il sort de votre vue qu’il n’existe plus. Certains déchets arrivent même à s’échapper et à se retrouver en mer où il se crée alors des bancs mouvants de déchets, voire des îlots rassemblés qui font la taille d’un continent ! (source) C’est un vrai désastre écologique car l’ensemble de la vie maritime est fragilisée. Beaucoup d’espèces sont menacées sur terre comme dans la mer à cause de nos déchets, et l’Homme a parfois tendance à oublier qu’il fait lui aussi partie de cet écosystème.

 

99% des ressources prélevées dans la nature deviennent des déchets en moins de 42 jours (Walter Stahel, directeur de l’Institut de la durée, Genève, cité des Interdépendances (n°62, juillet 2006)

 

J’avais beau connaitre toutes ces informations, je me disais que j’en faisais déjà assez… Je faisais attention à ma consommation d’eau, je faisais la cuisine et mes produits cosmétiques, j’utilisais les transports en commun… Mais au final, c’était loin d’être suffisant ! C’est tout notre mode de vie qui est à revoir. Consommer moins, ça permet de se sentir plus léger, de se satisfaire d’une vie plus simple et par conséquent d’acquérir des objets de qualité. Sans s’en rendre compte, c’est notre vie dans son entièreté qui s’en trouve modifiée : de sa consommation aux consommables, des vêtements à l’alimentation, en passant par la santé. 

« Que ton alimentation soit ton seul médicament » (Hippocrate) devient un peu un dogme

On achète éthique, durable et bio, avec de moins en moins de plastique. On remet en question notre vie afin de se retrouver et se reconnecter avec le réel. On revit, et simplement !

Quand je me suis rendue compte de tout ça, je me cherchais encore. Je voulais moi aussi aider les autres pour passer à l’action ! Etat autodidacte, la couture est devenue une vraie passion au fil des mois ! J’allais donc coudre des objets… Mais lesquels ? Je réfléchissais, me demandant comment allier ma passion à mon éthique, et ce fut le déclic, comme une évidence. Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ? J’allais proposer des produits qui pourraient être réutilisés, en tissus bio et sans produits chimiques. C’est alors qu’une Julie Verte est née.

Vous trouverez tous mes produits dans ma boutique. Mais plus qu’un e-shop, je veux vraiment accompagner les gens pour les aider dans leur transition. Voilà pourquoi je garde le blog et que je continue à écrire mes articles sur le zéro déchet (cuisine avec des produits frais, santé naturelle, cosmétiques maison, produits d’entretien…).

Nous avons la chance de pouvoir être connecté et de trouver facilement toutes les infos que nous voulons. Il y a donc une multitude de solutions et de changements à faire, tous ensemble ! Vous trouverez une multitude de groupes parlant de zéro déchet ou d’alternative pour une vie meilleure, plus éthique et responsable !

 

Côté alimentation, arrêter de manger des aliments sous plastique va avoir des répercussions considérablement positives sur votre santé. Qu’il s’agisse de tupperwares, de sandwich sous cellophane, de plats préparés à passer au micro onde, de nombreux perturbateurs endocriniens se retrouvent dans votre nourriture en passant du plastique à l’aliment sous l’effet de la chaleur. Mention spéciale pour le micro-ondes car, en plus des produits chimiques que le plastique libère, il y a aussi les ondes électromagnétique que l’appareil dégage. Elles resteront sur vos aliments pendant plusieurs minutes après le fameux « BIP », vous allez donc ingérer des ondes et des aliments sans vie (les molécules ayant implosées). Tout ça peut engendrer des problèmes, vos cellules ne se renouvelleront pas comme il faut et finiront par dégénérer.

« Dis moi ce que tu manges, je te dirais qui tu es »

 

 

Des sacs vracs : bientôt disponibles sur l’e-shop
Des tote bag (sac pliable à ranger le sac) : bientôt disponible sur l’e-shop
Des pochettes imperméables pour transporter savons, shampoing/après shampoing, snack, mouchoirs, serviette hygiénique…
Des bee-wraps pour remplacer le papier aluminium et le cellophane.
Des Furoshiki pour arrêter d’utiliser des tonnes de papier cadeau.
Des serviettes hygiéniques bio lavables ou des protèges slip/string bio.
Des mouchoirs pour garder son nez tout doux durant un rhume.
Des cotons lavables pour se démaquiller en douceur sans produire une montagne de déchets.
Des essuie-tout pour gagner de la place dans votre maison.
Des objets en inox, en bois ou en verre : boîtes pour transporter les repas, les courses, bocaux pour conserver les aliments
Des produits naturels pour faire son ménage (je vous ferais des articles sur ce sujet)

 

Retour du marché (presque) zéro déchet : utilisation des sac vracs et des boites pour le transport des aliments fragiles

 

A retenir :

zéro dechet une julie verte

  • Réduire l’achat de plastique en tout genre
  • Privilégier les légumes et fruits de saison, de France ou locaux
  • Acheter des objets en matériaux durables et recyclable (inox, verre, bois)
  • Ne pas surconsommer

 

J’espère que cet article vous aura fait réfléchir et pourquoi pas donné envie de sauter le pas (pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait). Pas besoin de tout faire à la fois, mais commencer par la cuisine ou la salle de bain par exemple est déjà un bon début ! Vous y arriverez petit à petit, à votre rythme. Nous n’avons pas besoin de nous mettre la pression, on en a déjà assez quotidiennement !

 

Je vous laisse sur ce reportage fait par l’INA en 1973 sur le thème du plastique. Il est très intéressant ! Il ne dure que 20 min.

 

Vous avez déjà réalisé des changements ? Vous avez fait quoi jusqu’à présent ? Je suis curieuse.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :